Mode d’emploi #Episode 6 : offre d’emploi, les erreurs à ne pas commettre

femme faisant une erreur
Temps de lecture : 4 minutes

Pas le temps de lire cet article ? Ecoutez le podcast !

Rédiger une offre d’emploi reste un exercice difficile : soit, par manque de pratique, vous risquez de commettre des impairs qu’il faut pourtant impérativement éviter ; soit au contraire la rédaction d’offres d’emplois est devenue une routine, et vous ne savez plus trop comment innover, vous renouveler, alors vous tombez là aussi dans des maladresses ou des erreurs qui risquent d’être fatales au processus de recrutement dans son ensemble.

Le mode d’emploi à mémoriser :

Secret n°1 : ne pas utiliser des intitulés de poste « tendance » mais qui ne veulent rien dire

Attention ! N’en faites pas trop ! Ne devenez pas « lourd » en voulant être trop léger ! Evitez de désigner le poste proposé dans des termes qui se veulent branchés mais qui ne veulent rien dire pour le candidat, et qui, surtout, ne vont pas lui permettre de se faire une idée précise du job pour lequel vous voulez le recruter. Et plus le poste est pointu, plus il faudra resserrer votre angle d’attaque dans l’intitulé de poste. Par exemple pour un ingénieur spécialisé dans les nouvelles énergies ou en agronomie de la mer, vous devrez être carré sur la dénomination du poste proposé. Aux intitulés farfelus, préférez des mots clés classiques, précis, et qui correspondent au vocabulaire standard des secteurs d’activité concernés. Ils sont aussi la meilleure garantie de succès pour vous retrouver en tête des résultats quand les candidats prospectent via des moteurs de recherche ou des sites spécialistes de l’emploi. 

Secret n°2 : ne pas verser dans la caricature et les stéréotypes

Pour les candidats, le cliché cache d’office quelque chose que vous souhaitez dissimuler : Par exemple, aujourd’hui, une candidate n’acceptera plus que vous indiquiez rechercher une « femme de tête », ou une « femme leader », parce que c’est d’emblée sous-entendre qu’une femme qui possède ces qualités, c’est quelque chose d’assez rare pour le souligner ! De même, évitez de réclamer un « manager viril » ou un « chef d’équipe à poigne », c’est réducteur et cela semble exclure d’emblée certains profils. Il faut aujourd’hui être très vigilant sur toute allusion pouvant laisser croire à un manque de tolérance, que ce soit envers les femmes, les personnes LGBT, les candidats issus de la diversité, etc…

Evitez aussi de louvoyer : pas de périphrases pour aborder les sujets les moins plaisants : si une part importante de la rémunération est constituée de rétributions indirectes, dites-le. Si le poste comporte certaines tâches moins marrantes que d’autres, dites-le aussi. Evitez à tout prix les sous-entendus. Les candidats apprécieront votre franchise. 

Secret n° 3 : ne pas utiliser de langage et de vocabulaire excluants

Certains recruteurs pensent que s’ils utilisent leur jargon pour décrire telle ou telle technique de production, de fabrication, tel service ou telle administration, tel logiciel interne ou tel poste dans les méandres de l’organigramme, cela va  donner du style à leur offre d’emploi, ou donner le sentiment d’une entreprise cool ou à la pointe. Au contraire, c’est une grave erreur. Utilisez un vocabulaire et des désignations qui parlent à tout le monde et ne font pas peur !

Secret n°4 : attention à la syntaxe et à l’orthographe !

Certains recruteurs ne se rendent pas compte que leurs offres renvoient une impression très négative, parce qu’ils utilisent quasi exclusivement des phrases en négation : « ne pas », « ne plus », « aucun », « ceci ou cela s’abstenir », « éviter ceci ou cela », etc… ». Au lieu d’indiquer ce que vous ne voulez pas trouver chez le candidat, dites ce que vous voulez trouver ! Au lieu d’écrire « si vous n’avez pas tel diplôme » ou « si vous n’avez pas telle expérience, s’abstenir », écrivez plutôt « si vous possédez X diplôme et / ou X années d’expérience, ce sera parfait ! Evitez aussi les capitales qui représentent des injonctions pour les candidats, comme si vous leur donniez des ordres en criant… N’utilisez pas l’impératif, ou des verbes et adjectifs autoritaires, du type « doit posséder tel diplôme » ou « X années d’expériences obligatoires », car cela vous positionne tout de suite dans un relationnel plutôt désagréable avec votre candidat. A l’inverse, ne soyez pas non plus dans la syntaxe du pote, gardez votre distance professionnelle ! Ne le tutoyez pas, ne commencez pas par « salut » : trouvez le juste milieu, ne tombez ni dans un excès ni dans l’autre.

Secret n°5 : Ne prenez pas votre candidat de haut !

Si vous voulez que votre candidat puisse se projeter, il faut lui permettre de s’identifier à la personne que vous voulez recruter. Pour cela, il faut être le plus inclusif possible. Ainsi, de très nombreux recruteurs font encore l’erreur courante de rédiger leur offre d’emploi en écrivant « le candidat ceci, le candidat cela ». En l’identifiant comme un tiers étranger, vous créez d’emblée une distance entre vous et lui. Privilégiez la connivence grâce à l’emploi de la deuxième personne du pluriel donc le « vous » : ainsi vous couplez la notion de respect et la création d’un lien direct. Au lieu d’écrire « le candidat sera amené à remplir telle mission », écrivez simplement : « Nous vous confierons telle et telle mission, votre rôle sera de….».

Secret n°6 :  Ne pas bâcler la description de la société

Lorsque vous rédigez la présentation de votre entreprise, évitez les clichés et les phrases toutes faites recopiées sur internet. Préférez une présentation soignée, personnalisée, qui vous correspond : le candidat le ressentira, de la même manière que vous le ressentez, quand vous recevez le 1er de l’an, un texto de vœux qui n’est destiné qu’à vous ou au contraire un SMS adressé à tout un répertoire téléphonique… Tout ce qui est standardisé, copié sur un modèle unique ou trouvé sur internet et vu mille fois, les candidats détestent, a fortiori dans les métiers en tension où ils se savent recherchés, ou pour les postes de managers. Faites personnel mais aussi précis sur le lieu, l’activité, le type de contrat…

Recevez tous les mois des articles, des outils gratuits, ou encore des livres blancs qui vous aideront à mieux recruter !

Marie MEHAULT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *