Le recrutement dans le monde de l’intelligence artificielle

recrutement intelligence artificielle
Temps de lecture : 3 minutes

Depuis mars 2020, le coronavirus et le premier confinement décrété par la France, c’est le monde du travail tout entier qui est bouleversé. Mais la situation, née d’un accident conjoncturel, est en train de révolutionner de façon structurelle les méthodes, l’organisation, le fonctionnement du travail et donc, le recrutement. Comment désormais penser ce recrutement, à l’ère du télétravail ? Comment envisager les rapports entre recruteur et candidat, les process de sourcing, de sélection, les rencontres, les tests et enfin l’embauche, puis l’onboarding et la montée en compétences des collaborateurs, leurs formations, leur vivre ensemble ?

>> Comment bien préparer l’arrivée d’un nouveau collaborateur ? Téléchargez notre livre blanc et découvrez comment mettre en place une stratégie d’onboarding

Ne pas avoir peur des technologies 

Elles vont plus vite que la crise et elles ont sauvé la mise à plus d’une entreprise au tout début du covid. Elles sont à la fois la bouée des Ressources Humaines, les outils qui permettent l’adaptation et la souplesse, qui sauvegardent les acquis et pérennisent l’activité. Mais elles sont aussi à l’origine de grandes inquiétudes tant de la part des managers que des salariés. Parce qu’elles représentent une force aussi bien créatrice que potentiellement destructrice en termes d’emploi et de travail. Leurs possibilités, l’étendue de leurs capacités sont en train de révolutionner le recrutement. Mais il faut des garde-fous, et savoir rassurer. 

Se laisser captiver par l’étendue des possibilités

Le numérique et les nouvelles technologies représentent des ressources précieuses pour les RH : les possibilités sont immenses, voire infinies pour enrichir l’expérience candidat comme l’expérience collaborateur, aussi bien en matière de recrutement, d’onboarding que de formation et de mobilité interne. Pourtant, seulement 4% des recruteurs ont aujourd’hui recours à ces technologies qui, si elles restent onéreuses, sont aussi un formidable outil de séduction des candidats… Alors réfléchissez-y, renseignez-vous, et investissez si vous le pouvez ! L’IA et l’exploitation des données sont une véritable mine d’or en matière de RH et de recrutement, pourvu qu’elles soient utilisées à bon escient et de manière contrôlée et intelligente.

Investir pour mieux rentabiliser

L’IA en matière de recrutement, c’est un moyen coûteux au départ – car ces technologies coûtent cher – mais hyper rentable ensuite, car il va rationnaliser de manière étonnante le processus de recrutement. En effet, il va permettre aux recruteurs déconomiser temps, argent et énergie sur la sélection de base des candidats, grâce à des algorithmes qui vont permettre de repérer immédiatement les profils qui correspondent au poste, et ceux qui n’ont aucune chance de le décrocher parce qu’il manque un ou plusieurs critères essentiels aux yeux du recruteur. Ensuite il y a aura du gain (de temps, d’argent, d’énergie donc) à destination des candidats qui restent, c’est-à-dire ceux qui ont un profil et des talents qui matchent avec la recherche du recruteur. L’IA permet au recruteur de mieux recruter, au sens humain, professionnel et qualitatif du terme.

Prendre le temps de comprendre l’IA… et de bien l’expliquer

Ce qui génère la peur de l’IA, c’est sa mauvaise compréhension. Dans le domaine de l’Intelligence Artificielle, les définitions ne sont pas une simple formalité de présentation pour les responsables RH envers leurs salariés, car l’enjeu va bien au-delà. Il faut donc bien réfléchir à la manière de présenter les choses quand on veut utiliser ces technologies dans la gestion des Ressources Humaines, et peser ses mots avant d’expliquer et de démontrer aux personnes concernées. C’est la même problématique pour les questions de recrutement : avant d’utiliser les datas et l’intelligence artificielle dans un processus de recrutement, il est vital pour un recruteur de prendre le temps d’expliquer à ses candidats les process, les principes, les garde fous posés, de le rassurer sur ses garanties et sur la dimension humaine préservée de son parcours d’embauche. Expliquer, c’est dépasser les peurs pour aller vers le progrès.

Poser des garde fous et jalouser son éthique

Il faut recourir à l’IA avec une finalité claire : elle vous permet d’être parfaitement équitable dans votre sélection sur des critères impératifs : tous les candidats qui possèdent les caractéristiques recherchées seront sélectionnés par les algorithmes, sans discrimination. Vous êtes recruteur, vous recherchez un talent ayant fait telle école, ayant tel diplôme, telles compétences, une expérience dans telle ou telle entreprise : vous voulez autant de femmes que d’hommes, vous voulez des candidats de toutes les régions…. L’IA permet tout cela, et n’écartera personne à cause de son sexe, de sa couleur de peau ou du quartier dont il vient. Evidemment, tout repose sur l’éthique et le sens moral du recruteur : quelqu’un de mal intentionné peut volontairement demander à l’ordinateur d’écarter des candidats selon des critères discriminants, mais c’est une infraction grave à la loi passible de très lourdes amendes, voire de peines de prison.

Marie MEHAULT