Flexoffice, flexwork, flextime : zoom sur la flexiblité au travail

flexibilité au travail
Temps de lecture : 4 minutes

C’est l’une des grandes tendances depuis le début de la décennie 2020, et elle s’accélère depuis que la crise sanitaire a obligé les entreprises à s’adapter et à faire du télétravail une priorité : impulser davantage de flexibilité dans les rythmes et les conditions de travail des salariés. Un moyen efficace de faire face aux fluctuations de la demande client et de rentabiliser sa main d’œuvre en fonction. Mais aussi un excellent outil pour booster les candidatures, comme l’ensemble des collaborateurs. On sait aujourd’hui qu’1 salarié français sur 2 dit être prêt à changer d’entreprise pour partir dans un environnement de travail plus flexible, au niveau des horaires, du lieu et du type de travail. C’est donc un levier essentiel non seulement du management des équipes actuelles, mais aussi de tout le processus de recrutement.

>> Offrir de la flexibilité au travail permet d’améliorer votre marque employeur et l’engagement de vos collaborateurs. Retrouvez d’autres conseils pour développer votre image de marque et attirer les bons profils dans notre livre blanc

Réviser ses à priori sur la notion de flexibilité

L’utilisation du mot « flexibilité » a longtemps souffert d’une image péjorative, mais elle bénéficie désormais de plus en plus d’une acceptation très favorable du point de vue des entreprises comme des salariés, et de la société en général. La crise du covid a achevé de l’imposer à la fois comme une nécessité économique, sociale et sanitaire : car elle signifie  davantage de liberté dans la gestion de son temps de travail, davantage de confiance entre managers et managés, et plus de facilités à aménager ses missions professionnelles en accord avec sa sphère privée et familiale. D’une situation subie, la flexibilité est devenue un vrai choix de vie.

Ne pas rater le virage RH

Le virage de la flexibilité peut être révolutionnaire pour les entreprises en termes de compétitivité, à condition d’être bien pris. Bien menée, la transition de la flexibilité peut donc aboutir à une stratégie gagnant-gagnant : avec des salariés qui retrouvent le goût de travailler, aux moments et sur les lieux qu’ils se sont choisis en accord avec leur direction, et des entreprises qui s’adaptent à la crise, plus souples, plus innovantes, et donc plus compétitives. Être utile à la société, être prêt à s’investir, accepter le changement sont autant de tendances que l’on observe clairement à la hausse chez les salariés français. Mais en échange, employeurs et collaborateurs doivent positionner la qualité de vie de leurs collaborateurs au centre de leurs préoccupations, car si cette flexibilité ne satisfait pas ceux qui la pratiquent, ils ne seront pas performants.

Ne jamais oublier que la flexibilité doit être un plaisir

La satisfaction est au cœur de la productivité et des performances. Et donc, la flexibilité est une clé de réussite de l’entreprise à condition de ne pas être subie mais choisie, et de permettre à ceux qui la pratiquent de s’y épanouir. Le bonheur au travail libère de l’énergie productive, améliore les facultés d’organisation, favorise la confiance entre collaborateurs, et les valorise en boostant les notions de responsabilité et d’autonomie, qui stimulent à leur tour le sens de l’engagement donc votre marque employeur.

Valorisez votre marque employeur grâce à la flexibilité

Les entreprises pointées du doigt il y a encore dix ans lorsqu’elles se voulaient innovantes sur le plan de la flexibilité au travail, sont aujourd’hui valorisées et montrées en exemple. Elles ne s’en cachent plus mais communiquent au contraire largement sur ces nouvelles méthodes de management et de QVT. Car ce qui faisait auparavant fuir les candidats à l’embauche est devenu un pouvoir d’attractivité évident ! Les talents se précipitent pour intégrer des structures qui leur offriront la possibilité d’être autonomes, libres et responsabilisés, avec des missions variées et évolutives, et une carrière en mouvement, jamais figée. Ce qui était autrefois perçu comme dangereux et insécurisant, est devenu une liberté séduisante et un moyen de ne jamais s’ennuyer au travail.

Flexoffice, flextime et flexwork

Trouvez le moyen de faire évoluer votre entreprise et vos salariés sur 3 plans :

  • Ce que l’on appelle le « Flexoffice », c’est-à-dire du coworking, du télétravail, des tiers lieux variés….  Bref, de nouveaux lieux de travail qui permettent au salarié de gagner sur son temps de transport et de consacrer ce temps à travailler, ce qui est avantageux pour vous.
  • Ce que l’on appelle le « Flextime » : votre salarié doit pouvoir choisir d’être avec ses enfants une partie de la journée mais de travailler une partie de la nuit, en horaires décalés, ce qui lui donne le sentiment d’un meilleur équilibre entre vie privée et vie active et améliore sa productivité. On sait aujourd’hui que la souplesse horaire booste la créativité des salariés, et que l’improvisation se fait souvent à l’avantage de l’entreprise. Surtout, le flextime vous permet de planifier les équipes en fonction de la demande client et du niveau d’activité. Enfin, cela permet d’avoir du temps partiel ou partagé plus facilement, sans passer par des phases de chômage technique.
  • Ce que l’on appelle le « Flexwork » :  chacun évolue dans ses missions en fonction des besoins, des compétences et des disponibilités. Le management tourne en fonction des opérations à mener, tous les collaborateurs sont responsabilisés, la confiance est renforcée et à la base de tout, il y a moins de concurrence malveillante mais une saine émulation dans le groupe. On travaille projet par projet, avec énormément de recours au numérique, une concertation permanente à tous les échelons, etc…. On sait que 3 Français sur 4 peuvent travailler de manière flexible. Aux RH, maintenant, de faire en sorte que ces Français le veuillent aussi. Mais selon les dernières études, ceux qui ont pu déterminer eux-mêmes leurs emplois du temps en accord avec leur hiérarchie sont les plus efficaces ensuite au travail.

livre blanc onboarding

Marie MEHAULT