Les petits plus de pros pour rédiger une offre d’emploi attractive !

Temps de lecture : 12 minutes

Le marché du travail évolue vite, très vite, et vous devez adapter votre manière de rédiger vos offres d’emploi pour être dans le timing de l’époque, attirer les candidats en leur permettant de s’identifier à votre société, bref, leur sembler dans l’air du temps et offrir un écho à leurs envies professionnelles. La course aux talents est plus rude que jamais, et les nouvelles technologies sont là pour vous aider à proposer des offres d’emploi réellement attractives. Objectif de cet article ? Vous conseiller dans votre démarche rédactionnelle, pour tendre la perche à un maximum de candidats intéressants, tant sur la forme que sur le fond. Ainsi, vous améliorerez tout à la fois votre marque employeur et leur désir d’engagement.

« Une offre d’emploi, pour être attractive aujourd’hui, doit impérativement sembler moderne, originale, unique, humaine et soucieuse du bien-être au travail. Sur le fond, il faut donner à la fois au candidat le sentiment qu’on ne le trompe pas sur la marchandise, que ce qu’on lui décrit correspond exactement à la réalité ; mais aussi, être crédible, rigoureux, écrire les choses avec une certaine profondeur. Etre vrai, mais différent des autres, original et singulier, mais aussi sincère et légitime. Tout en étant moderne et actuel, en utilisant les outils adaptés et qui correspondent à la mentalité des talents que l’on veut séduire. Pas si facile, en quelques lignes ! ».

Observatoire de l’Intérim et du Recrutement.

Et pourtant, faire des efforts sur la rédaction d’une offre d’emploi n’est ni une perte de temps, ni une perte d’argent : « quoi qu’il arrive, éditer des offres d’emploi coûte cher. Démarcher les candidats, les cibler, les attirer et les recruter est donc devenu, pour les responsables des Ressources Humaines, un enjeu crucial. Donc plus elles seront efficaces, meilleur sera le feed-back des candidats, plus il y aura de contrats signés à l’issu du process, plus rentable sera l’opération de recrutement. A l’inverse, une offre d’emploi bâclée, old school, impersonnelle, reviendra littéralement à jeter l’argent par les fenêtres, car la concurrence est devenue impitoyable dans la chasse aux nouvelles compétences et aux candidats de qualité », synthétise la Dares (Direction de l’animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques), auteure d’un rapport récent et très complet sur le thème « Comment les employeurs recrutent-ils leurs salariés ?».

Donnez le ton dès le titre

L’intitulé du poste doit tout de suite donner le ton mais attention : des études de perception des candidats ont montré que oui, un intitulé de poste original est alléchant mais que non, un intitulé de poste excentrique ne donne pas confiance. Il faut donc trouver le juste milieu entre le titre fade et le titre trop fou, donc trop flou ! « Les postulants d’aujourd’hui sont ceux que l’on désigne par génération Y, rodés aux nouvelles technologies et à l’informatique, amateurs de liberté de ton et d’esprit, fuyant à tout prix l’ennui et la routine, attirés par l’instantanéité, la spontanéité et les conditions de travail « fun ». Ce qui n’empêche que ce sont aussi de jeunes adultes conscients de l’importance de leur carrière, de leur trajectoire professionnelle, des enjeux que cela représente de postuler pour un job qui leur plaît, de travailler pour telle ou telle entreprise. Dès lors, la marque employeur sera déterminante, et c’est elle qui doit, finalement, se trouver en quelque sorte résumée dans l’intitulé de poste : on doit y déceler, en quelques mots, vos valeurs, vos envies, votre stratégie, votre intérêt pour le bien-être de vos salariés, mais sans que cela semble trop farfelu, donc pas sérieux, rédhibitoire », analyse l’auteur d’une longue enquête sur la génération Y au travail pour la presse économique française. « Plus de la moitié des jeunes de 18 à 30 ans qui sont sur le marché du travail, veulent un emploi où ils se sentiront épanouis, et cela doit être d’emblée votre moteur directeur dans la rédaction du titre de votre offre d’emploi. Mais sans tomber dans l’excès, sous peine de décrédibiliser votre offre et de lui retirer sa part de sérieux. Pour autant, il faut impérativement fuir l’intitulé de poste bateau, plan-plan, qui ressemblera à tous les autres, et ne donnera certainement pas envie à ces talents d’aller voir plus loin, ni même de cliquer sur le lien de l’annonce. Car, c’est également prouvé, l’intitulé de poste fait mouche quand il s’adresse à l’émotionnel du candidat. Le rationnel vient ensuite, mais sur les premiers mots, l’aperçu immédiat de la promesse, ce sont les sentiments qui priment. Un conseil : faites le test, demandez à vos équipes déjà en place de réfléchir à la manière dont elles renommeraient elles-mêmes leurs postes, si elles devaient le « vendre » à quelqu’un : cela peut être une bonne source d’inspiration pour vos titres d’offres d’emplois. Car d’emblée, chacun va réfléchir à désigner, dans l’intitulé de son poste, ce qui le valorise, ce qui lui plaît dans ce travail ou ces missions, ce qui le motive au quotidien ».

Pour résumer, votre intitulé de poste doit provoquer un déclic psychologique favorable chez les candidats qui vous intéressent, en s’adressant à leurs émotions par rapport au travail.

« Ne vous adressez pas à eux comme à des enfants, avec des intitulés de postes infantilisants du style « soyez notre superhéros de l’informatique » ou «  notre prochain warrior de la logistique, c’est vous », même si cela vous semble percutant et attractif, car ils ne se sentiront pas pris au sérieux : c’est là qu’on touche à l’excentricité contre-productive. En revanche, jouer sur les notions de bonheur, de bien-être, d’épanouissement au travail, dès le titre de votre offre d’emploi, ça c’est efficace et cela vous démarque tout aussi bien, et même mieux, La bienveillance attire les candidats, qui attendent aujourd’hui que l’humain soit au centre des préoccupations de leur employeur. Tout ce qui dégagera un sentiment de dynamisme sera aussi bienvenu. Autre astuce : un intitulé de poste en anglais insuffle immédiatement une certaine modernité, une forme de jeunisme qui peut plaire, tout en valorisant le candidat ».

Une professeure de l’Université de sociologie de Nantes, spécialiste de l’embauche et des modes de recrutement.

Néanmoins, restez vigilant sur un point : tout original, humain et épicurien que soit votre intitulé de poste, il doit rester précis et ne pas faire de fausses promesses : un titre joyeux mais qui, en réalité, recouvre des missions floues, ne fera pas l’affaire. Votre intitulé de poste doit donc malgré tout bien cadrer avec le contenu de l’annonce et le descriptif des tâches attendues du candidat. Un titre bien trouvé mais qui renvoie à du vide ou à du déceptif sera contre-productif, là aussi. Attention, enfin, aux titres trop ronflants qui peuvent faire croire qu’il y aura une dimension managériale ou un salaire mirobolant derrière, alors que cela n’est pas le cas. Vendez les responsabilités et la rémunération si cela correspond à des réalités tangibles, sinon abstenez-vous.

Répondez d’ores et déjà aux questions que le candidat pourra se poser

Cela paraît aller de soi, mais certaines entreprises l’oublient, du coup ! Il faut que vous informiez concrètement ceux qui liront votre offre, de vos caractéristiques comme entreprise : qui êtes-vous ? Grosse ou petite structure ? Combien de salariés, quelle branche d’activité, quels clients renommés ? Pourquoi recrutez-vous, au sein de quelle équipe, et pour quel genre de missions ? « Le futur collaborateur doit savoir avec qui il va travailler, dans quel environnement, quelle ambiance, avec quel type de collaborateurs, et avant cela, il doit comprendre tout de suite quel sera le processus de son recrutement, ses marges de négociation, quels sont ses atouts ou ses points faibles par rapport à vos attentes », explique l’Ecole du Recrutement, à Paris, spécialisée dans le conseil aux managers chargés du recrutement. « Il faut aussi être attractif, susciter la curiosité, l’envie, avec sincérité et transparence, mais attention : la franchise ne signifie pas une modestie mal placée, il faut valoriser l’expérience que vous offrez, les missions supposées, les opportunités que cette offre va ouvrir au candidat pour la suite de sa carrière et ses évolutions professionnelles. Du parler vrai, donc, mais aussi de la fierté d’être qui vous êtes, d’offrir le poste que vous proposez, et de recruter des gens de valeurs, qui se sentiront du coup perçus comme tels ».

Personnifiez le discours et soyez précis

Vous devez sortir du lot, vous différencier de la concurrence. Lorsqu’on pose la question aux candidats, toutes les études qualitatives remontent le même genre de problème : les offres d’emplois se ressemblent trop, ils ne savent plus lesquelles les intéressent, à qui répondre ou à qui ils ont déjà répondu. Ils regrettent des offres d’emploi trop peu précises (Ile de France, oui, mais ça veut dire quoi, Paris, Saint-Denis, le fin fond de la Seine et Marne ? Leader sur le marché, de quoi ? Par rapport à qui ? Quelles spécialités, quelle surface géographique de clientèle, quels segments ?). Tout ce qui est trop flou, trop mou, trop statique, trop plat, trop « poudre aux yeux » sera d’office voué à l’échec.

« Une offre d’emploi réussie est à la fois concrète, détaillée mais pas diluée, précise mais pas promotionnelle – cela ne doit pas virer à la publicité – bref : une offre d’emploi qui sort du lot, à la fois parce qu’elle est originale, différente, et parce qu’elle parle tout de suite au candidat. En retenant et en captant l’attention sur la forme et sur le fond, vous faciliterez aussi le bouche à oreille, le « tilt » chez vos lecteurs, qui partageront votre offre autour d’eux même si elle ne les intéresse ou ne les concerne pas directement ».

Un grand cabinet de conseil en ressources humaines basé dans la région Auvergne Rhône Alpes

Personnifier l’offre en fonction du candidat que vous ciblez est indispensable pour lui donner envie, l’aider à se projeter. Adaptez le ton en fonction du profil recherché, adressez-vous personnellement et directement à votre lecteur, comme si vous aviez pensé à lui en rédigeant votre texte : décrivez lui son environnement de travail, son poste, ses missions, son futur espace professionnel ; parlez-lui déjà de son quotidien dans votre entreprise, évoquez ses futurs collègues, sa hiérarchie directe, dites-lui ce que vous recherchez et ce que vous ne voulez pas. Soyez clair, direct, précis, donnez-lui le sentiment de savoir où vous voulez l’emmener et l’impression qu’il ne perdra pas son temps avec votre annonce mais au contraire, qu’elle est directement faite pour lui. Par exemple, n’écrivez pas « recherche directeur logistique pour entrepôt en région lyonnaise », mais « Vous avez envie de développer vos compétences de manager logistique sur une plateforme de 10 000 m², au cœur d’un vaste réseau régional, national et européen, à proximité directe du cœur de Lyon ? Vous avez à cœur d’enrichir votre expérience humaine en dirigeant une équipe de 120 personnes, jeunes, motivées et dynamiques ? Cette annonce est faite pour vous ! » ; Ou bien, pour la description du poste : « Vous êtes rigoureux, organisé, sociable, vous aimez le travail bien fait et le collectif, vous êtes un manager né et la responsabilité d’une équipe importante ne vous fait pas peur ? Vous rêvez de vous installer dans la métropole lyonnaise et de vivre une nouvelle aventure dans un groupe en pleine croissance, et à la pointe des nouvelles technologies appliquées à la logistique ? Alors vos missions seront les suivantes, en synergie avec Nicolas, notre directeur France », + descriptif des missions en question. Et ainsi de suite…

Ecrivez comme vous parlez à vos collaborateurs

C’est l’un des « trucs » qui marchent pour donner à votre candidat le sentiment qu’il fait déjà presque partie de l’équipe : faites-lui jouer un rôle, à cette équipe, dans la rédaction de l’offre d’emploi. Utilisez, par exemple, des citations des futurs collègues du candidat pour enrichir la fiche de poste : « Marie, 32 ans, assistante marketing : on veut quelqu’un qui ait de l’humour ! » ; Michel, 48 ans, technicien logistique : « quelqu’un d’organisé, d’humain et de disponible » ; Sylvie, 25 ans, secrétaire : « quelqu’un qui nous écoute et soit attentif à nos conditions de travail », etc… Autre conseil du même acabit : soyez franc et direct, comme vous le seriez pendant l’entretien annuel de l’un de vos collaborateurs, par exemple. Du style : « attention, les objectifs devront être atteints d’ici la fin 2022, nous comptons sur vous ! », ou bien : « une expérience dans la grande distribution est indispensable pour pouvoir postuler à cette offre, et un bac pro ou équivalent est également bienvenu ». Autre exemple, qui a l’avantage de mettre en avant les atouts du poste : « vous serez le chef de gare, le pilote de l’avion ! Nous avons besoin de vous pour guider l’équipe sur le chemin du toujours mieux, améliorer ses conditions de travail, être un manager humaniste dans un circuit de décisions court » (vu sur internet).

Faites correspondre votre discours aux valeurs de votre entreprise

C’est bien connu, les valeurs d’une entreprise sont un facteur de performance. Et également, un levier auprès des candidats au recrutement. Jouez donc largement là-dessus, d’abord parce que cela enrichira votre marque employeur, ensuite parce que cela fera venir à vous des candidats qui vous ressemblent, qui deviendront vos meilleurs ambassadeurs, donc amélioreront votre marque employeur, et ainsi de suite : un cercle vertueux à mettre en place dès la rédaction des offres d’emploi ! Pour cela, remettez bien à plat les grands principes philosophiques, stratégiques, économiques, moraux auxquels vous voulez que l’on associe votre entreprise, faites le point sur les actions engagées en ce sens, et mettez-les en valeur dans le cadre de la rédaction de vos fiches de postes.

« Les valeurs reflètent, aux yeux des candidats, la vision de leur futur employeur sur la société, le bien-être au travail, la déontologie, l’environnement, etc. Ce que l’on désigne, en anglais, par les « corporate values » doivent faire le fruit d’une communication appropriée, y compris lors de la publication de vos offres d’emploi. Les notions de loyauté d’une entreprise envers ses collaborateurs et ses clients, de recherche constante de la qualité, de respect de l’environnement, un modèle économique basé sur des principes éthiques, la stratégie d’innovation, le souci bu bien vivre au travail, sont autant d’éléments qui sont aujourd’hui primordiaux aux yeux des candidats. Ce qui ne vous empêche pas d’exiger, en retour, certaines valeurs de la part du candidat, et de le dire ! Au contraire ! Si vous insistez sur votre part de responsabilités, sur tout ce que vous faites pour être en accord avec vos valeurs, vous le rassurerez en exigeant qu’il participe à ce pacte : par exemple, en insistant dans le descriptif de poste sur la nécessité de bienveillance en équipe, la flexibilité pour permettre une meilleure répartition des contraintes, la mobilité pour aller au contact des équipes et des clients, la transparence pour éviter les conflits et les mauvaises interprétations, le souci de travailler en conscience des enjeux environnementaux et des engagements déontologiques de l’entreprise, etc… ».

Observatoire de la responsabilité Sociétale des Entreprises

Utilisez le champ lexical lié au poste

Ne pas utiliser un vocabulaire du tout-venant, transposable à n’importe quel type de poste, n’importe quelle offre d’emploi, mais au contraire employer tout de suite le champ lexical spécifique au poste que vous proposez, c’est utile pour plusieurs raisons : d’abord, vous vous démarquez des offres d’emploi standard, en créant d’emblée une complicité, une connivence entre vous et le candidat : puisque vous et lui parlez, finalement, la même langue, et qu’elle n’est pas donnée à tout le monde. Vous renforcerez aussi son impression de sérieux quant à l’offre qui lui est soumise, car vous lui donnerez l’impression d’avoir affaire à des gens qui savent réellement quelles sont ses compétences, son background, sa valeur ajoutée et ses possibilités d’évolution ; enfin, cela insufflera une vraie dynamique à votre offre d’emploi, car en lui montrant que vous savez qui il est et ce qu’il sait faire, vous lui rappelez pourquoi vous avez besoin de lui, et c’est valorisant pour un candidat ; cela lui offre aussi des perspectives : il se dit qu’un employeur qui parle d’emblée son propre langage, c’est un employeur qui sait où il va dans son domaine, et qui lui donnera en conséquence les moyens de développer ses compétences pour aller encore plus loin, parce que vous aurez compris que son poste est stratégique, un enjeu d’avenir, et que c’est donc ni plus ni moins que votre futur que vous mettez entre ses mains !

Mise en page : insistez sur la lisibilité

Il y a encore quelques années, pas si lointaines, on lisait davantage les offres d’emploi sur papier que sur écran. Aujourd’hui, les candidats qui cherchent une offre d’emploi dans les cahiers centraux ou les pages petites annonces de la presse locale ont bel et bien disparu : tout se fait sur écran, d’ordinateur, de smartphone, de téléviseur ou même de montre connectée. Au lieu de voir cela comme une contrainte, voyez le plutôt comme une opportunité de vous démarquer, en utilisant tous les moyens à votre disposition : offres d’emploi sous forme de vidéos, de dessin animé, voire pourquoi pas de la réalité augmentée ! Ou si votre budget  ne va pas chercher si loin, des photos attractives, une typographie distinctive, une illustration sous forme de BD, de dessin, de caricature de presse… « La vidéo ou la photo ont l’avantage de pouvoir faire voir directement le lieu de travail, de faire intervenir les futurs collaborateurs, avec le sourire évidemment, d’inclure directement le candidat dans l’ambiance de travail et de lui donner un aperçu concret de la manière dont vos valeurs, votre politique RSE, votre approche RH se matérialisent au quotidien dans les bureaux ou sur sites », explique un professeur d’HEC Paris.

« Les générations actuelles de candidats sont très sensibles au visuel, à l’humour, au décalage, à l’utilisation des dernières technologies graphiques, vidéos, informatiques. Cela vous permettra automatiquement de vous distinguer, de vous faire remarquer. La vidéo est aussi un liant très efficace, humainement,  entre un candidat et sa future entreprise : c’est comme un rendez-vous ! Surtout aujourd’hui, après la crise sanitaire du coronavirus qui a généralisé les réunions skype et les visio conférences, c’est un véritable atout. On peut, avec une vidéo bien faite, parler au candidat comme s’il était avec nous, en train de prendre un café tout en discutant de son avenir professionnel ! Permettez-lui, d’ailleurs, de vous répondre par une vidéo à son tour, c’est très stimulant pour un candidat et cela vous donnera aussi tout de suite de précieuses indications sur qui il est, et sur sa personnalité, bien plus que par écrit ! Mais attention, de votre côté, si vous faites participer l’équipe au tournage d’une offre d’emploi vidéo, il faut que tous soient naturels, ce qui n’est pas si facile, et qu’il y ait un vrai plus d’ambiance, de chaleur, de sourire, de bonne humeur, pas juste des enchaînements de gens qui récitent un texte sans personnalité ! Cela demande un vrai travail et une vraie réflexion en amont, et un certain budget pour faire de la qualité (son, lumière, image, effets, montage…). Mais l’un des avantages, c’est que si vous travaillez avec un jobboard, il pourra la diffuser de manière virale sur ses sites, les réseaux sociaux, par mail, newsletter…. Cela peut donc être onéreux au départ, mais extrêmement rentable à l’arrivée ».

Un média trainer spécialiste des RH

Si vraiment, c’est un outil trop onéreux pour vous, l’humour est l’autre arme d’une bonne offre d’emploi aujourd’hui : on le disait plus haut, un dessin, une belle photo d’équipe sont aussi très vendeurs auprès des candidats. « Une galerie photo est un bon moyen de faire sentir une ambiance de travail, un esprit collectif, de visualiser l’environnement, les lieux, les gens, les équipements, la déco, le design des bureaux, la modernité d’une entreprise et sa capacité à se soucier des conditions de travail de ses collaborateurs, etc… », appuie le Celsa (Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication) à Paris. « Ce sera, malgré tout, un bon moyen de faire sentir votre atmosphère à vos candidats, parce que c’est dans votre intérêt que ces candidats vous ressemblent, et c’est dans leur intérêt de vous ressembler s’ils veulent venir travailler avec vous ! ».

Enfin, n’hésitez pas à utiliser des hyper liens dans vos offres d’emploi pour renvoyer à des pages dédiées à un projet en rapport avec les futures missions du candidat, ou au réagencement récent de vos nouveaux bureaux, ou encore à des articles de presse ou des publications média qui mettent en valeur votre entreprise, en particulier, par exemple, si vous êtes à l’origine d’un projet très innovant, d’une grande campagne de recrutement dans des secteurs de pointe, ou si vous venez de décrocher un label « great place to work » ou similaire ! Exemples pris au hasard dans l’actualité récente : un grand groupe ayant entièrement repensé son restaurant d’entreprise en faisant intervenir un décorateur star et un grand chef ; un autre ayant choisi de signer un partenariat avec une association de travailleurs handicapés pour le self et la cafétéria. Une troisième largement médiatisée après avoir entièrement repensé ses bureaux sur une ancienne friche industrielle, avec d’immenses open space et des cellules de travail ambiancées de manières différentes, où chacun est libre de s’installer à la manière d’un espace de coworking, avec des équipements de bureautique légers, mobiles et dernier cri… En clair, tout ce qui viendra enrichir votre « vitrine » du recrutement et donner envie aux candidats de postuler, soit parce que vous ferez écho à ses valeurs et à ses propres convictions, soit parce qu’il sera séduit par son futur environnement de travail, soit les deux !

Marie MEHAULT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *