Exemple de présentation d’entreprise pour une offre d’emploi

Temps de lecture : 9 minutes

En tant que responsables des ressources humaines, recruteur ou Organisme de Placement Spécialisé, vous êtes amené à rédiger les offres d’emplois pour attirer les candidats les plus talentueux, les mieux ciblés pour les besoins de votre entreprise. Une démarche essentielle dans le processus d’embauche, et un moment clé. Il s’agit de rédiger votre annonce de la manière la plus accrocheuse possible, pour « créer l’impact », c’est-à-dire pour donner envie aux candidats en question de venir travailler avec vous. Car cette offre, c’est votre premier contact, c’est la raison pour laquelle cette annonce sera cruciale et en particulier, la manière dont vous allez présenter votre entreprise.

La notion de pitch

Le pitch : ce terme vient du monde anglosaxon. Il est un peu l’équivalent, en presse écrite, du « chapô » d’un article, ou encore l’accroche. Il ne doit pas prendre plus de quelques minutes à lire et doit donner envie tout de suite au candidat de lire la suite de l’annonce, c’est la phase de « séduction immédiate » du candidat. Viendra ensuite la présentation de votre entreprise, plus détaillée et plus structurée, qui peut prendre différents formats selon le contexte et les cibles, et sur laquelle nous nous attarderons dans un second temps.

Ce fameux pitch est très compliqué à rédiger. Il doit être différenciant, pertinent, et « sexy » ! Il doit résumer en quelques phrases tout ce qui fait votre substantifique moelle, tout ce qui fait que vous, employeur, êtes différent et meilleur que les autres ! C’est la toute première impression que vous allez faire au candidat, et elle doit être bonne, faute de quoi il zappera votre annonce. C’est donc le rôle du pitch : lui donner envie de poursuivre. Attention, des études ont montré que, si le choix des mots est important, il l’est beaucoup moins que le « ton général » de votre pitch : l’impact des mots c’est 7%, le ton 38% et le visuel global c’est 55%. Il faut donc tout particulièrement soigner les photos et les illustrations de votre entreprise, en donner des descriptions imagées, vivantes, concrètes, donner à « ressentir » au candidat l’environnement dans lequel vous l’invitez… en quelques mots particulièrement bien choisis.  Pour le ton, il faut lui donner le sentiment de le respecter, de ne pas entrer dans son intimité mais, en revanche, de l’inviter dans la vôtre, donner l’impression d’une sollicitation, d’un rendez-vous.

« Plus qu’une introduction, le pitch d’une offre d’emploi c’est vraiment, de manière synthétique, vivante, originale, voire amusante, poser le décor, présenter ce qui fait votre force, votre singularité, c’est mettre tout de suite le candidat dans le bain en l’interpellant de façon percutante, pour le convaincre d’aller plus loin dans le processus d’embauche et lui donner envie de vous faire confiance », analyse un grand cabinet de conseil en recrutement. « C’est souvent une étape de la rédaction de l’offre d’emploi qui est négligée, d’abord parce qu’il y a l’idée que, comme c’est court, ça n’est pas le plus important ; ensuite, parce que c’est extrêmement difficile de faire un bon pitch ! En réalité, c’est comme un rendez-vous galant : les premiers mots sont essentiels, la phase d’approche déterminante pour la suite de l’histoire. Soit vous gagnez et vous gardez votre lecteur, soit vous perdez et il s’en va voir ailleurs, il n’y a pas de demi-mesure. Pour bien rédiger un pitch, il faut donc commencer par réfléchir à votre objectif : séduire d’emblée les talents potentiels que vous aimeriez recruter, non pas en leur disant tout, tout de suite, mais en les accrochant, c’est du hameçonnage, finalement ! Il faut, vulgairement, ferrer le poisson, et cela n’est possible qu’avec un peu d’introspection et de sincérité pour définir soi-même, en amont, ce que l’on a à offrir et ce qui fait que c’est dans votre entreprise qu’il fera le meilleur travailler ».

 Visez la concision, la simplicité, bannissez les mots trop techniques, le verbiage, les circonvolutions pompeuses, réfléchissez à un message qui sera compréhensible immédiatement et qui exposera, en quelques formules clés, vos forces, vos avantages, et votre différence par rapport à la concurrence »

conseille d’un coach d’entreprise spécialisé dans l’accompagnement des recruteurs

« Il faut parler à ce que l’on définit comme l’intelligence émotionnelle du candidat. Avec ce paragraphe, court et précis, vous devez d’ores et déjà établir des passerelles entre vous et le candidat, des bases de travail communes, un projet commun. Lui donner une vision immédiate de votre problématique quant au poste que vous lui proposez. Lui démontrer qu’en choisissant votre entreprise, il choisit la réussite et la meilleure voie. Et lui exposer quelles sont ses options pour vous rejoindre, et quelle sera la méthode. Lui permettre de se projeter en lui expliquant les bénéfices que vous comptez tirer de son talent, et les avantages qu’il pourra retirer de son appartenance à votre groupe. Et, pour chacune de ces étapes, rédiger en ayant un mot d’ordre à l’esprit : le candidat auquel vous vous adressez doit, en vous lisant, se sentir d’ores et déjà le bienvenu ».

Après le pitch, la présentation d’entreprise doit répondre de manière chronologique à plusieurs grandes questions que se pose le candidat sur votre entreprise : quelle est votre promesse, de quels grands engagements êtes-vous porteur, pourquoi vos équipes comme vos clients vous apprécient-ils tant ? Avec quoi répondez-vous à cette promesse, quelles sont les actions, les prestations concrètes que vous mettez en œuvre pour y contribuer, avec quels outils, quelle organisation du travail ? A qui vous adressez-vous, quel est votre marché, vos références, pourquoi le candidat auquel vous vous adressez va-t-il avoir le sentiment qu’il peut potentiellement faire partie de votre famille ? Qui êtes-vous, quelle est votre structure, votre organigramme, et comment le candidat va-t-il se positionner, s’il vient travailler avec vous, dans cet organigramme ? Quel est votre processus d’embauche, d’intégration des salariés, de formation, de progression de carrière ? Où comptez-vous, finalement, emmener le candidat auquel vous vous adressez ? Et enfin, comment ce processus d’embauche va-t-il se mettre en œuvre, depuis la lecture de cette offre jusqu’à l’intégration dans l’entreprise ? Concrètement, quelle expérience de recrutement va vivre votre candidat ? Quel confort ? Quels bénéfices ?

N’hésitez pas à recourir aux chiffres clés, aux références positives, aux exemples de savoir-faire et de savoir être de votre entreprise, avec des mots précis et une argumentation claire, un exposé qui se déroule de manière logique et chronologique. Il faut, en réalité, créer l’émulation chez votre candidat, lui donner envie, vous « vendre » de manière pragmatique, humaine et sensible à la fois.

Se connecter avec le candidat

Pour bien s’adresser à un candidat, il faut d’abord déterminer le profil du candidat que l’on cherche à recruter : et pour cela, avant même de rédiger votre offre d’emploi et de présenter votre entreprise, il faut se connecter avec ses interlocuteurs potentiels. Pour cela, les entreprises disposent aujourd’hui d’un outil merveilleux : internet. Désormais, la grande majorité des recrutements se font désormais par le biais du digital, premier vecteur d’embauche en France. N’hésitez pas, dans un premier temps, à solliciter les personnes déjà en poste dans vos équipes et qui correspondent aux talents que vous recherchez à nouveau : ces salariés vous seront utiles pour réfléchir au type de profil recherché, en vous basant sur leur propre CV, leurs propres expériences, leur propre ressenti aussi, du poste proposé. Une fois ces profils définis, cherchez sur les réseaux sociaux, chez vos concurrents, dans les CV-thèques proposées par les jobbers et les plateformes dédiées à l’emploi, mais aussi dans les candidatures spontanées que vous avez déjà reçues, ceux qui vous semblent correspondre le mieux et imaginez que vous vous adressez directement à eux, au moment de rédiger l’offre d’emploi et de leur présenter votre entreprise. « Savoir à qui on s’adresse est primordial pour être efficace, d’où la nécessité d’un travail approfondi en amont pour mettre à plat de manière précise et argumentée ses idées quant au type de candidat que l’on veut attirer dans l’entreprise. Pour reprendre la métaphore amoureuse, quand on veut séduire quelqu’un on s’intéresse à lui, on se connecte à lui en le googlisant, en allant regarder ses publications sur les réseaux sociaux, en essayant de se faire une idée la plus précise possible de son tempérament, de ses goûts, de ses affinités. Ici, c’est la même chose », poursuit un expert en recrutement dans un grand cabinet de conseil parisien. « Même si vous n’avez pas forcément l’identité précise de la personne que vous voulez embaucher et que c’est à vous de la faire venir à vous, où qu’elle soit et qui qu’elle soit, vous pouvez, en croisant les profils de personnes que vous connaissez et qui matchent avec votre future cible, vous rapprocher d’elle, vous connecter avec elle et lui parler de manière moins impersonnelle ».

« Ecrire une annonce d’offre d’emploi de manière trop large, avec une présentation d’entreprise lambda qui s’adresse à tout le monde et personne en particulier, peut laisser croire qu’on va ratisser large et donc augmenter ses chances de recevoir des candidatures intéressantes, mais c’est en réalité une erreur, très courante mais qui peut se révéler fortement dommageable pour l’entreprise », analyse un spécialiste du recrutement prédictif. « On recrute des personnes, pas des CV. Il faut donc cibler ces personnes avec précision, car un recrutement qui donne la part trop belle au hasard et vise trop large peut avoir des conséquences négatives importantes : une erreur de recrutement fait courir des risques à une entreprise : diminution de la cohésion des équipes, baisse de rentabilité, mauvaises répercussions sur le portefeuille client… Tout commence donc ici et maintenant, au moment de rédiger votre pitch et votre présentation d’entreprise pour une offre d’emploi la plus percutante possible auprès des bonnes recrues potentielles ».

Informer le candidat et lui permettre de se projeter dans l’entreprise

C’est la raison pour laquelle, en rédigeant votre offre d’emploi et en particulier votre présentation d’entreprise, il va falloir, comme Hansel et Gretel, semer des petits cailloux permettant discrètement de vous connecter avec vos futurs candidats et donc, de les présélectionner : « donnez des indices sur l’état d’esprit global de vos collaborateurs, sur l’ambiance au sein de vos équipes, sur les valeurs communes à tous, sur la philosophie globale de votre entreprise, de manière à écarter d’emblée ceux qui ne s’y reconnaitraient pas et ne pourraient pas s’y épanouir », conseille une psychologue d’entreprise. « Evoquez aussi des mises en situation concrètes, pour que le candidat puisse se projeter d’ores et déjà dans l’opérationnel ».

La présentation de votre entreprise doit « parler » aux candidats, il faut donc les aider à se représenter dans le détail ce qui leur sera demandé, ce que vous attendez de vous, la manière dont il va vous être précieux. Cette présentation d’entreprise, cette offre d’emploi, représentent votre premier contact avec le candidat, or on sait que ce premier contact est, comme dans l’immobilier, déterminant, et que les 10 ou 30 premières secondes de lecture de l’offre d’emploi seront celles qui, à 90%, vous permettront de séduire – ou non – le talent que vous ciblez. « On sait que l’ambiance générale au sein d’une entreprise est le critère numéro un, aujourd’hui, pour 8 candidats sur 10 à l’emploi », précise le département STMT (Statistiques du Marché du Travail) du Ministère du Travail. Evoquez, donc, dans votre présentation d’entreprise, cette bonne ambiance dans vos équipes. Mais attention : 80% des candidats se renseignent sur une entreprise avant d’y postuler, cette bonne ambiance ne doit donc pas être « fake », car les réseaux sociaux, les retours du bouche à oreille vous trahiront, et ce sera complètement contre-productif. D’où l’importance de travailler en profondeur votre marque employeur (cf nos articles sur le sujet).

« Pour donner à vivre l’atmosphère au sein d’une entreprise, les tournures de phrases, le choix des mots sont importants, mais aussi les photos et vidéos qui accompagneront votre présentation d’entreprise, les citations de collaborateurs heureux, des interviews, des témoignages qui seront représentatifs de votre entreprise et de l’ambiance qui y règne », conseille l’Observatoire du marketing et de la communication responsable. « Autre conseil d’importance : même à l’écrit, on sent le sourire, l’humour, la bonne humeur, la modernité de son interlocuteur, ou au contraire son classicisme et son absence d’auto-dérision. Un candidat sera bien plus réceptif à votre présentation d’entreprise et à votre offre d’emploi, s’il perçoit dans vos tournures que vous êtes avenant, ouvert, décontracté et accueillant ».

Permettre un premier filtre des candidats

Pour réaliser, via sa présentation d’entreprise dans une offre d’emploi, le meilleur sourcing possible des candidats, il est important de rédiger votre texte avec un vocable très choisi, qui va correspondre aux principaux critères de recherche et de motivation des potentielles recrues : selon les dernières études chiffrées réalisées, on sait que la quasi-totalité des postulants à une offre d’emploi recherche les offres disponibles par mots clés. Il est donc primordial de penser à détailler le lieu du site sur lequel se trouve le poste en consultation, les dates de début de mission, le métier concerné et ses spécificités et spécialisations, les compétences indispensables (langue étrangère parlée, nombre d’années d’expérience, diplômes, mais aussi toutes sortes de qualités plus variées que vous pourriez rechercher, humaines (aimer manager, savoir garder son sang-froid, compétences en conseil etc…), professionnelles (technique, savoir-faire, talents, appétences…), sociales (aller vers les autres, communiquer facilement, aimer le collectif, animer un groupe…), pratiques (flexibilité horaire, mobilité, horaires décalés, missions longues à l’étranger…) etc etc…. Il vous appartient de bien les définir en amont, en même temps que vous dessinez le profil du candidat idéal auquel vous vous adressez, avant même de commencer à rédiger quoi que ce soit.

C’est un bon moyen de filtrer efficacement et de manière positive les candidats dès la publication de votre offre : plus vous êtes précis sur ces points qui vous semblent incontournables, plus vous permettrez au candidat soit de se projeter comme on l’a vu plus, soit de s’écarter naturellement de la course parce qu’il ne correspond pas à plusieurs de vos attentes. C’est aussi un message de clarté et de rigueur de votre part à destination des candidats, qui se disent que vous ne jouez pas avec eux, que votre offre est sérieuse, réfléchie, argumentée, et que s’ils passent ce premier filtre ils ont de fortes chances d’aboutir, ou en tout cas d’être considérés et respectés dans leur démarche, par un recruteur scrupuleux et attentif, honnête et sincère. S’ils vont au bout du processus de recrutement, un bon moyen de poser des bases de confiance entre vous. Pour ceux qui estimeront ne pas correspondre à l’offre et ne poursuivront pas la démarche, cette manière de faire n’insultera pas l’avenir car vous aurez posé cartes sur table dès le début, et même si ça n’est pas pour cette fois, ils reviendront peut-être postuler pour d’autres offres sur lesquelles ils correspondraient davantage. Vous ne vous privez donc pas d’un panel intéressant d’autres profils, pour d’autres occasions à venir.

Marie MEHAULT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *